Belle et Intellectuelle

Le blog de la profondeur superficielle, ou de la « superficialité » profonde… Des conneries, ma vie, et toutes ces choses inutiles :)

20 janvier 2009

Soubresaut?

bloggg...(arrivée sur la pointe des pieds)...

Bonjour... bonjour... Y a quelqu'un?

J'ai l'impression de revenir dans un vieux hangar poussiéreux et d'y guetter un mouvement.
C'est drôle, j'ai vu cette semaine que quelqu'un était encore abonné à mon flux RSS sur Google Reader. Et voilà, je n'étais pas repassée sur ce blog depuis plusieurs mois, mais ça m'a donné comme une envie de relancer la machine.

Ma vie a bien changé depuis un an, je suis à Pékin pour quelques mois et je me remettrais bien à raconter des inepties comme avant, mais cette fois-ci en version chinoise.

Alors à bientôt, peut-être même à très bientôt!

Posté par marie_georgette à 12:28 - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 novembre 2007

Stand-by

pauseSalut à toi, l'ami!

Comme tu as du le voir si tu traines encore de temps à autres sur ce blog, je n'écris plus grand chose... Ce n'est pas que je n'ai plus d'idée, mais plutôt une bonne grosse flemme et plus vraiment le temps d'écrire toutes mes conneries habituelles. Les cours, la radio, la préparation des concours... Tout ça fait que je préfère dormir plutôt qu'écrire sur mon blog ;).

Alors, comme tu t'y attendais, cher fidèle lecteur, j'annonce officiellement que je mets ce blog en stand-by... Peut-être que j'y reviendrai, peut-être pas. En tout cas, je fais au moins une petite pause.
Voilà...

A bientôt!

Posté par marie_georgette à 14:37 - Commentaires [13] - Permalien [#]

11 juin 2007

Demasqués!

Les auteurs du fameux blog francoismitterrand2007 sont enfin démasqués... Dommage, c'était sympa ce petit mystère! Mais il y au moins deux ou trois trucs marrants dans cette histoire: l'événement incroyable qu'est supposé avoir vu Jean-Michel Aphatie, c'est... Fabuis qui pleurait!! Mais le meilleur, c'est qu'une fois de plus, c'est un coup de notre bon Montebourg, l'homme qui seul savait comment créer scandales et polémiques en rafale!

"C'est Nicolas Voisin, le premier, qui aura levé le voile. Il a suffi à l'auteur de nuesblog (www.nuesblog.com) et du politicshow (www.politicshow.fr) d'une recherche sur Google et d'un piège astucieux pour confondre le très mystérieux auteur de Mitterrand 2007. Les auteurs, plus exactement. Car selon Nicolas Voisin, le blog dont le contenu a tant intrigué ces derniers mois, a été conçu par deux personnes. "Ce blog est une idée conjointe de Bruno-Roger Petit et de l'ex porte-parole de la candidate socialiste à la présidentielle et député PS Arnaud Montebourg (...), sous toute vraisemblance, qui l'aide (rait) à cette besogne", écrit le jeune blogueur." (source: www.lemonde.fr)

Posté par marie_georgette à 16:22 - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 mai 2007

Challenge alimentaire hebdomadaire

TescoCarrefour, La qualité pour tous...
La Vie Auchan, elle change la vie...
Et si vous passiez au U commerce ?
Champion, plus facile la vie...
Intermarché, tous unis contre la vie chère...
Monoprix, on fait quoi pour vous aujourd'hui ?

Oui, moi aussi il m'arrive, dans des moments d'errance, de flâner dans ces hauts lieux de consommation. Oui, moi aussi il m'arrive de chercher pendant dix minutes le  jambon supérieur découenné par 4. Oui, moi aussi il m'arrive de faire malencontreusement tomber des tablettes de chocolat dans mon magnifique panier rouge des années 1970. Oui, moi aussi je paie par chèque parce que je suis à découvert et que j'ai peur que ma CB ne passe pas...
Mais le pire, la chose que l'on n'avoue jamais, que vous essayez vous même tant bien que mal de refouler, c'est ce stress quand arrive le moment fatal du rangement!
Je pensais pourtant que mon expérience en ce domaine m'aiderait... Mais non, rien n'y fait. Inévitablement, c'est la même angoisse terrible qui m'assaille quand vient le moment de payer et surtout de ranger mes nombreux achats. Alors, en général, j'essaie de me diriger vers la caisse où il n'y a personne (doux rêve!) ou vers la caissière la plus lente. La pression monte...
- Bonjour, vous avez la carte Iris/U/ Pass... ?
Ce moment est stratégique! Ne vous restez surtout pas les bras ballants, surpris par la question:
-Euh... non...
Dès que "l'hôtesse de caisse" (!) vous pose cette question, vite, allez directement au bout de la caisse tout en répondant un "non" ferme, genre "c'est bon, me la fait pas à moi, je sais que tu veux me faire perdre du temps, héhé...". Ouvrez votre super sac orange fluo en faisant attention à bien déplier le fond, et... c'est parti!
Comme vous êtes un supermarket-stratège, vous avez bien sûr prévu le coup, et vous avez mis au début du tapis, et donc sur le dessus de votre panier, les produits les plus lourds et les plus volumineux. Bon, alors, je sais que ça n'est pas très recommandé de mettre un pack de lait sur une frêle salade et un chèvre coulant, mais il faut savoir faire des choix dans la vie! Tout en vous félicitant intérieurement de votre ingénieuse organisation, vous arborez une attitude détachée/stressée/ joviale (selon votre lieu de résidence: petite ville de province/ Paris/ village) et vous remplissez de manière méthodique, en gardant un oeil sur la vitesse de la caissière, le must étant d'aller plus vite qu'elle: "Pfff, bon, tu te grouilles, Patricia/Valérie/Jennifer, moi j'ai déjà tout rangé, là... A peine tu poses, bam c'est dans le sac... héhé... J'suis trop forte, hein?". Alors, je vous avoue qu'il y a quand même des astuces pour prendre de vitesse Patricia/Valérie/Jennifer:
- Ne jamais prendre plusieurs articles identiques! C'est trop simple pour elle! Elle n'a qu'à taper "x3" et hop elle en passe trois d'un coup! Alors que vous, vous avez trois articles à ranger...
- Prendre des légumes vendus à l'unité : elle doit taper le prix à chaque fois! Un pamplemousse, un avocat, un citron. Toujours n'en prendre qu'un seul, cf tiret précédent. Si vous tenez vraiment à acheter trois citrons, répartissez-les le long du tapis, elle devra taper le prix à chaque fois!
- Dégoter LE truc dont l'étiquette est tordue, dont le code-barre ne passe pas: elle essaie trois fois de le passer, puis elle doit taper tout le code à la main... Ça, c'est LA jubilation!

Si, malgré tous ces conseils avisés, vous restez en retard, ne perdez pas confiance, vous pouvez vous rattraper au moment de payer! Trois choix s'offrent à vous:
- Payer en liquide, catégorie elle-même subdivisée:
                            - Vous lui refilez un billet de 50, et pendant qu'elle cherche la monnaie vous rangez frénétiquement ce qui reste.
                            - Philanthrope, vous cherchez la monnaie et courrez ainsi à votre perte: elle tapote impatiemment sur sa caisse et vous n'avez pas le temps de ranger.
- Payer en carte bleue: choix assez désagréable puique vous devez à la fois ranger vos achats, attendre que "composez votre code" arrive, attendre que "retirez la carte" s'affiche... Non, ne choisissez pas cette solution, d'autant plus que la plupart des conasses d'enseignes se débrouillent maintenant pour que ce soit à vous d'insérer votre carte et de la retirer, mesure privilégiant évidemment la caissière.
- Payer par chèque: THE choice! Le chèque met quinze plombes à passer dans la machine, la caissière (si elle est consciencieuse) met quinze plombes à noter votre numéro de carte d'identité. En plus, vous avez le plaisir de ne pas stresser en cherchant votre monnaie: "mon dieu, vais-je trouvez les 48 centimes qu'elle me réclame... Aaaaah!" ni de stresser en cherchant une excuse valable si votre carte est refusée: "Euh, je crois qu'elle est périmée? Non, mais c'est parce qu'elle est rayée je crois? C'est mon ex, il est banquier, il a encore dû bloquer la carte pour me foutre la honte?". De toutes façons, si votre carte est refusée, cette hooker de vendeuse vous regardera avec un petit sourire en coin méprisant, et même si vous avez gagné la course du rangement, elle aura gagné le marathon du paiement...

Si vous voulez, je peux vous vendre mon fascicule: "De l'art de faire 4000 signes sur un sujet inintéressant"...

Posté par marie_georgette à 15:45 - Humour et Humeurs - Commentaires [14] - Permalien [#]

16 avril 2007

De l'art de jouer à l'intellectuelle...

diploDix-huit euros soixante-dix! Ça n'est même pas possible de payer dix-huit euros soixante-dix pour deux paquets de Marlboro qui vont me faire mourir d'un cancer, Glamour dont les trois-quarts sont de la pub, Courrier International, et Le Monde diplomatique dont je ne lirai pas plus de 3 pages tellement c'est chiant mais que j'achète parce que, quand même, c'est la classe d'avoir Le Monde diplo chez soi. En général je le feuillette un peu avant de le poser négligemment sur la table du salon parce qu'un journal qui n'a pas été lu, ça se voit. J'ouvre la première page, je plie le journal à l'envers, je tourne trois ou quatre pages, puis je le rouvre, je tourne encore trois ou quatre pages, je le replie en deux et je le pose sur un coin de table ou sur un fauteuil. L'illusion parfaite! Quelqu'un sonne? J'ouvre:
"-Je ne te dérange pas?
- Non, non, entre, je lisais tranquillement le Monde Diplomatique..."

Bon alors là, le risque c'est ça:
"-Ah? (interrogation semi-admirative) Ils parlent de quoi?

A ce moment-là, vous avez deux solutions. Si c'est un faux cultivé comme vous, tentez un :
"-Le dossier est consacré à la révolution en Uruguay (même s'il n'y a pas de révolution en Uruguay), c'est hyper intéressant mais assez complexe..."

En général, le faux cultivé vous répond:
"-Ah... (affirmation mi-admirative, mi-ça-a-l'air-trop-chiant!)"

Si c'est un vrai cultivé, donnez-lui toutes les unes que vous avez eu le temps de mémoriser en pliant le journal tout à l'heure:
"-Oh, ils parlent de beaucoup de choses: l'élection présidentielle en Colombie, la crise politique au Sud Soudan, les tensions entre la Chine et le Japon, la situation du Tibet, l'Afghanistan, enfin je n'ai pas encore tout lu!"

A ce moment-là, normalement, le vrai cultivé vous répond qu'effectivement ce sont des sujets passionnants et embraye sur le fait qu'il passait devant chez vous alors, il a sonné, quoi. Si vraiment vous avez affaire à un coriace qui veut absolument discuter politique avec vous, ne paniquez pas! Il va vous faire part de ses analyses sur l'un des sujets dont vous avez parlé et vous n'aurez qu'à répondre "Oui c'est sûr, vu sous cet angle", "Enfin, je pense qu'on peut nuancer quand même", ou encore "On en revient toujours au même problème, finalement". Les réponses sont en général interchangeables, l'intérêt étant que pendant ce temps là, vous pouvez regarder du coin de l'oeil le feuilleton débile qui passe à la télé.

That's easy, isn't it?

Posté par marie_georgette à 21:41 - Commentaires [15] - Permalien [#]

29 janvier 2007

Complément d’enquête

A 3h du mat’ à la télé, je vois :

-des chanteurs d’opéra qui fument et dont les yeux lancent des éclairs sur TF1,

-un docu à chier sur l’art baroque sur France 2,

-une sous-Julien Courbette sur France 3,

-des lignes verticales et des grésillements sur Canal+,

-des gens déguisés en moutons qui jouent à saute-mouton jusqu’à plus soif pour me souhaiter une bonne nuit sur Arte,

-des clips à 2 balles sur M6.

Bref, que du bonheur dans ma télé, quoi !

PS : C’est quand même dingue, non ? Je suis in-capable de finir une chronique avant 3h du mat’ alors que je me lève à 6h le lendemain… bouhouhou L

Posté par marie_georgette à 03:07 - Commentaires [6] - Permalien [#]

21 janvier 2007

One Twenty One

21st_20birthday_20cake21 janvier, 21 ans. Souhaitez-moi bon anniversaire s'il vous plaît...
Bizarrement, j'ai de moins en moins envie de fêter mon anniversaire. Là je commence à stresser. Parce que à quinze ans,on attend ses 18 ans, à 18 ans on attend ses 20 ans, mais là j'attends quoi? 30 ans et toutes les contraintes qui vont avec ?
En tout cas, ce qui est sûr c'est que je n'aurai jamais été la jeune actrice de 16 ans qui monte, je n'aurai jamais écrit de bouquin à 20 ans, etc. En fait, ces putains d'anniversaires sont en fait une bonne raison de me rendre compte de ce que j'ai raté, de ce que je ne ferai jamais. Et oui, à 21 ans, j'ai déjà un bon petit paquet de regrets, vous imaginez comment ça sera à 30 ans?
Et puis le pire,je trouve, c'est que plus le temps passe, moins je rêve, moins je m'autorise à croire en mes rêves en fait. Bref, finalement, c'est pas si cool les anniversaires parce que ça met une date sur toutes ces choses que je n'ai pas forcément envie de voir.

Allez, on va rigoler? Ouais, chouette, c'est mon anniversaire! Un p'tit sourire?

Posté par marie_georgette à 12:16 - Commentaires [9] - Permalien [#]

29 décembre 2006

Sondage

Je crois qu'il est temps de lever le rideau sur ce que vous pensez de mon blog.
A la question "La nouvelle présentation du blog, vous en pensez quoi?", vous m'avez répondu:

Troooooooop géniale ! 9.09%
Mieux, mais pas top 2.27%
Trop rose 6.81%
Faut tout refaire, c'est à chier 6.81%
La nouvelle bannière est bien 11.36%
La nouvelle bannière est moche 4.54%
Vaffanculo! C'est ma première visite 22.72%
Julie, je t'aime 36.36%

Vous observerez donc que la proposition "Julie je t'aime" arrive en tête, héhé :)
Bon, ok, elle est suivi de "Vaffanculo, c'est ma première visite" :(

Posté par marie_georgette à 12:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2006

Mind the gap

Cuillères en or remuant du café dans des tasses en porcelaine.
Discussion sur la condition des ouvriers.
Fossé !

Posté par marie_georgette à 15:25 - Commentaires [3] - Permalien [#]

19 octobre 2006

Citations pour briller en société (ou pas)

Comme je suis une grosse flemmarde, mais que je tiens quand même à alimenter mon blog, je vous livre ces quelques extraits de romans qui m’ont marquée:

« Lire, dit-il, c’est cela toujours : une chose est là, une chose faite d’écriture, un objet solide, matériel, qu’on ne peut pas changer ; et à travers cette chose on entre en contact avec quelque chose d’autre, qui n’est pas présent, quelque chose qui fait partie du monde immatériel, invisible, parce qu’elle est seulement pensable, ou imaginable, ou parce qu’elle a été et n’existe plus, parce qu’elle est passée, disparue, inaccessible, perdue au royaume des morts… » Italo Calvino in Si par une nuit d’hiver un voyageur.

Dans les extraits suivants, j’ai conscience de me dévoiler un peu plus, ce qui n’est pas vraiment chose aisée pour moi, mais comme ce sont Les Mots d’un autre (en l’occurrence de Jean-Paul Sartre), considérez donc que j’y suis seulement sensible J !

« J’ai confondu le désordre de mes expériences livresques avec le cours hasardeux des événements réels. De là vint cet idéalisme dont j’ai mis trente ans à me défaire » (Bon, je suis mal barrée moi, rappelez-moi dans 30 ansJ)

« Pour avoir découvert le monde à travers le langage, je pris longtemps le langage pour le monde. » (graaaaaaaaaaaaaaaaaaave, pareil que toi, John-Paul)

« L’enfance bourgeoise vit dans l’éternité de l’instant, c’est-à-dire dans l’inaction. »

« Voilà le mirage : l’avenir plus réel que le présent. »

« J’étais fort capable, quand on m’interrogeait, de faire connaître mes préférences et même de les affirmer ; mais, dans la solitude, elle m’échappaient. »

« C’eût été parfait si j’avais fait bon ménage avec mon corps. Mais nous formions, lui et moi, un drôle de couple. […] Je confondais mon corps et son malaise : des deux, je ne savais plus lequel était indésirable. » 

Vous comprenez pourquoi ce livre a été une révélation pour moi ? J’espère en tout cas… Vraiment ce type est un génie. (Comment ça, je suis pas la première à le dire ? Vous dites qu’il était déjà un peu connu avant que je parle de lui ?! Naaan !)

Love,
Me.
(ou “love me”, as you want J )

Posté par marie_georgette à 19:47 - Commentaires [2] - Permalien [#]